A la fin, l’enfant devra réussir les 2 parties du palier 2.

ObjectifsSituationsOrganisation et consignes
Coordonner la respiration à la propulsion pour nager plus loin sur le ventre CRAWL 3 TEMPS Réaliser la situation de référence (après une glissée ventrale, nager le plus loin possible en tournant les bras et en inspirant sur le côté quand nécessaire) en plaçant un temps d’inspiration tous les 3 mouvements de bras. On inspire donc alternativement de chaque côté.
Nager plus loin sur le ventre en améliorant l’efficacité de la propulsion NAGER EN S’ÉCONOMISANT Avec un pull-boy entre les jambes, faire une glissée ventrale et nager 10 à 25 m en crawl en faisant le moins de mouvements de bras possible.

Compter ses mouvements, comparer, recommencer.
Qu’est ce qui permet de s’économiser ?
– chercher beaucoup d’eau loin devant pour l’amener loin derrière en accélérant ;
– le retour aérien se fait avant-bras et main relâchés.
Nager plus loin sur le dos en améliorant l’efficacité de la propulsion NAGER SUR LE DOS EN S’ÉCONOMISANT Avec un pull-boy entre les jambes, faire une glissée dorsale et nager 10 à 25 m en dos crawlé en faisant le moins de mouvements de bras possible.

Compter ses mouvements, comparer, recommencer. Qu’est ce qui permet de s’économiser ?
Plonger (entrer dans l’eau par la tête) PLONGER DÉPART SUR UN GENOU

PLONGER DÉPART ACCROUPI, PIEDS DÉCALÉS
Recommandations de sécurité :
– attention à la profondeur (minimum 1,80 m),
– l’enfant qui plonge ne doit pas pouvoir heurter l’échelle ou le bord ni entrer en collision avec un autre enfant,
– les orteils doivent être accrochés au bord (en griffes) pour ne pas glisser.


Départ sur un genou:
Un pied posé au sol crocheté au bord et un genou posé sur une planche.

– placer bras et tête en position TORPILLE,
– basculer en avant en poussant légèrement sur le(s) pied(s),
– dans l’eau, rechercher la position TORPILLE
– redresser le gouvernail des mains pour remonter à la surface de l’eau

Départ accroupi: Accroupi au bord pieds décalés (le pied avant est crocheté au bord).

– placer bras et tête en position TORPILLE,
– basculer en avant en poussant légèrement sur le(s) pied(s),
– dans l’eau, rechercher la position TORPILLE
– redresser le gouvernail des mains pour remonter à la surface de l’eau

ObjectifsSituationsOrganisation et consignes
Prolonger la glisse par des mouvements de jambes équilibrateursBattements alternés après glissée Glissée ventrale prolongée par des battements.
Glissée dorsale prolongée par des battements.
Glissée ventrale + battements, ½ vrille (quand je
veux) pour finir sur le dos.
Glissée costale prolongée par des battements


Pour toutes les glissées : rappeler des consignes de la
glissée : corps tonique et menton poitrine.
La position de torpille travaillée précédemment
est toujours requise. La maintenir malgré les
perturbations dues aux battements.
Battements :
chevilles souples,
cuisses actives (mouvements de haut en bas),
faire un peu d’écume avec les pieds.
sur le ventre, seuls les pieds sortent un peu de l’eau,
sur le dos, les genoux ne sortent pas de l’eau
(repère de la planche qu’on ne cogne pas).
Tous ces exercices peuvent être proposés avec
palmes afin de découvrir et renforcer les
sensations d’appuis

Prolonger la glisse par des mouvements de jambes équilibrateurs
Le bateauPar deux côte à côte sur le ventre, pousser une “frite” ou un tapis en effectuant des battements.

Variante : sur le dos tirer une “frite” tenue au dessus des cuisses.
Ajouter le moteur principal : les brasLe radeauCouché à plat ventre sur une planche tête dans l’eau (les jambes sont inertes) : avancer, reculer, travail
des bras simultanés ou alternés, retour* aérien ou sous-marin. Idem sur le dos, planche sous le bassin, corps gainé.

Variante 1 : faire le moins de mouvements
possible dans une traversée.

Variante 2 : faire la course à plusieurs.

Variante 3 : aller le plus lentement possible.


Sentir que ce n’est pas seulement la main qui agit sur l’eau mais aussi l’avant-bras et le bras. Le trajet de la main doit être le plus long possible
Réaliser des expirations complètes et enchaînéesLe bateau va plus loinAprès une glissée ventrale (pull-boy entre les cuisses) :
– aller le plus loin possible en tournant les bras et en soufflant, quand nécessaire,
– inspirer sur le côté du bras qui est en fin de traction (on peut ralentir le
mouvement), recommencer un cycle de bras.

A la fin de cette étape l’élève réussira le palier 1

Natation le retour!

Voici une fiche plutôt synthétique sur la natation qui développe les observables, les niveaux de réalisation et les apprentissages décisifs. Je mets  tout de même un bémol car  le comportement des élèves n’est pas aussi figé par exemple un élève peut mettre la tête dans l’eau mais ne pas réussir à quitter les appuis plantaires par exemple.

 

Les observables : Le niveau de réalisation Les apprentissages décisifs pour passer d’un niveau à l’autre
L’enfant est très crispé :
– il refuse d’aller dans l’eau ,
– il reste accrocher à l’adulte,
– il refuse de quitter le bord.
Niveau initial : l’enfant est inhibé  
    Entrer en relation avec un milieu particulier :
– entrer dans l’eau,
– agir dans l’eau.
L’enfant :
– se déplace à l’aide d’appuis solide, pieds ou mains.
– refuse de mettre le visage dans l’eau.
– perd son équilibre vertical sans pouvoir le retrouver.
– agresse l’eau par des réactions explosives.
Niveau 1   
  familiarisation s’équilibrer, se rééquilibrer pour accepter de se laisser porter par l’eau (trouver des appuis sur l’eau)
L’enfant :
– accepte l’immersion passagère de la tête,
– peut retrouver son équilibre vertical lorsqu’il le perd,
– sait quitter ses appuis plantaires,
– a besoin de l’aide de moyens matériels pour se déplacer « longtemps » comme des flotteurs, des lignes d’eau (pont de singe) , .. et dépense beaucoup d’énergie pour agir dans l’eau,
– se déplace sur quelques mètres environ, tête en hyper tension, buste oblique, regard horizontal sans immersion de la tête.
Niveau 2  
  autonomie se déplacer en s’orientant dans tout le volume aquatique :
– utiliser la tête comme pilote d’équilibration,
corps en allongement sur l’axe de déplacement,
L’enfant :
– se déplace sur et sous l’eau sans aide matérielle, avec des appuis variés, sur le ventre et sur le dos,
– accepte l’immersion volontaire de la tête pour aller cherche un objet en contrôlant l’apnée,
– se déplace sur 10 à 15 m en apnée «  entre deux eaux », et remonte pour sortir la tête et respirer.
Niveau 3  
  efficacité construire des appuis efficaces et une respiration aquatique rythmée et en continu
L’enfant :
– peut se déplacer sur une distance longue en utilisant l’espace aquatique dans toutes ses dimensions et une respiration adaptée.
– ne gère pas au mieux ses ressources par rapport à une activité de performance (bages codifiée) , d’expression- communication (natation synchronisée), d’opposition collective (water polo) ou de sauvetage.
Niveau 4  
  spécialisation optimiser/réguler : ses actions propulsives, la glisse dans l’eau en diminiuant les résistances à l’avancement
L’enfant :
– -nage longtemps, vite, avec uen respiration aquatique efficace,
– s’exprime seul ou à plusieur, à travers une chorégraphie dans le milieu aquatique,
– joue collectivement au ballon en utilisant ses compétences aquatiques, pour faire basculer le rapport de force en faveur de son équipe et gagner
Niveau 5  
  expertise

L’enfant s’allonge corps aligné et tient la position sans mouvement sur le ventre et sur le dos.

L’objectif ici est d’amener l’enfant a  à réaliser des glissées ventrales et dorsales

 

Situations Organisations et consignes
LA GLISSÉE VENTRALE
Prendre appui au sol et/ou au mur pour se propulser.
Cet appui peut s’effectuer par ordre de difficulté de la manière suivante :
1. Appui des deux pieds au fond.
2. Appui d’un pied au fond et l’autre au mur.

 

Variante 1 : varier la hauteur d’eau, commencer
dans peu de profondeur pour favoriser une flexion
importante des jambes permettant une poussée
efficace.
Variante 2 : concours de distance, jeux de défi
sans battement de jambes.

Pour démarrer :
– mettre les épaules totalement dans l’eau,
– placer sa tête et ses bras en position TORPILLE,
– basculer les bras et la tête dans l’eau pour regarder
le fond,
– pousser à deux pieds pour aller le plus loin possible
sans mouvement de propulsion avec les jambes.

Pour se redresser :
– ramener les genoux vers la poitrine,
– puis poser les pieds et redresser la tête tout en
prenant appui sur l’eau avec les bras.

LA GLISSÉE DORSALE, bras dans le
prolongement du corps
(veiller à ajouter une expiration nasale)

 Variante 1 : varier la hauteur d’eau : commencer
dans peu de profondeur pour favoriser une flexion
importante des jambes amenant une forte poussée.
Variante 2 : concours de distance, jeux de défi
sans mouvement de propulsion avec les jambes.
Variante 3 : deux élèves prolongent la glissée de
leur camarade en le poussant à mi-parcours.

Face au mur, debout dans le petit bain,
– placer les bras et la tête en position TORPILLE DORSALE
– mettre les épaules dans l’eau,
– basculer en arrière, mettre les oreilles dans l’eau,
regard au plafond,
– placer un pied au mur et pousser doucement.
– glisser longtemps
Pour se redresser :
– redresser la tête,
– ramener les genoux vers la poitrine,
– puis poser les pieds.
LES TORPILLES QUI VRILLENT

Partir en glissée ventrale, et passer en position
Dorsale.
Partir en glissée dorsale, et passer en position
ventrale.

Changer d’orientation pendant la glissée.
Conserver la position torpille pendant les vrilles.
Dans un premier temps, ne pas donner de consigne
particulière pour le déclenchement de la vrille.
Dans un deuxième temps, demander d’appuyer avec
une oreille contre le bras pour tourner en créant un
déséquilibre.

 

Critères de fin d’étape :
– Réussir une glissée ventrale d’au moins 5 m, tête sous les bras jusqu’à la fin de la glissée.
– Réussir une glissée dorsale d’au moins 5 m, oreilles dans l’eau, regard au plafond jusqu’à la fin de la
glissée.

Les objectifs pour ce profil d’élève sont :

1. sauter dans le grand bain et enchaîner une remontée passive

Recommandations de sécurité :
– attention à la profondeur (minimum 1,80m) ;
– l’enfant qui saute ne doit pas pouvoir attraper ou heurter l’échelle ou le bord ni entrer en collision avec un autre enfant ;
– orteils accrochés au bord (en griffes) pour ne pas glisser.

2. s’allonger en position ventrale et dorsale c’est à dire passer de l’équilibre vertical (terrien) à l’équilibre horizontal (nageur, maîtriser les équilibres horizontaux, effectuer des changements d’équilibre

3. construire la position “TORPILLE” ventrale et dorsale

  • Description de la position TORPILLE VENTRALE :
    • le corps est gainé, indéformable, tonique
    • la tête est rentrée (menton-poitrine) 
    • les bras sont tirés dans le prolongement du corps, mains superposées
    •  les jambes sont tendues et serrées
    •  les pointes de pieds sont tendues
  •  Description de la position TORPILLE DORSALE :
    •  le corps est gainé, indéformable, tonique.
    •  les bras sont tirés dans le prolongement du corps, mains superposées
    •  les oreilles sont dans l’eau coincées entre les bras, le regard au plafond,
    •  les jambes sont tendues et serrées,
    •  les pointes de pieds sont tendues,
    •  le nombril et les cuisses affleurent la surface
Objectifs Situations Organisations et consignes
Sauter dans le grand bain et enchaîner une remontée passive Sauter “ droit comme un I”
Organisation :
Au minimum 1,80m de profondeur. Les élèves sautent l’un après l’autre au signal de l’adulte qui leur tendra la perche si nécessaire pour revenir au bord.
Pour éviter l’attente, enchaîner avec des cheminements à la goulotte.
Consignes :
Sauter et entrer dans l’eau “droit comme un I”.
Variante : (inciter l’élève à produire une impulsion vers le haut).
Idem en sautant par-dessus une frite tenue par un camarade devant les
pieds de l’élève et au-dessus de l’eau
Sauter “ droit comme un I” et se laisser remonter Organisation :
Au minimum 1,80m de profondeur. Les élèves sautent l’un après l’autre au signal de l’adulte qui leur tendra la perche si nécessaire pour revenir au bord.
Consignes :
Sauter dans l’eau, rester droit et tonique et se laisser remonter sans pousser au fond et sans faire de mouvement. Si nécessaire, permettre de s’accroupir au fond pour amortir avant de se laisser remonter.
S’allonger en positions ventrale et dorsale Vers l’étoile dorsale ou ventrale avec matériel Organisation :
Tous ensemble avec “frites”, planches ou pull-boy.
Consignes :
Chercher des solutions pour s’allonger sur le ventre/ dos avec deux objets flottants identiques dans les mains.

Remarque :
Pour se relever d’une manière équilibrée en partant d’une position ventrale il faudra grouper les jambes, attendre la bascule, poser les deux pieds au sol puis sortir la tête de l’eau.
Pour se relever d’une manière équilibrée en partant d’une position dorsale il faudra :
– ramener la tête vers les genoux en groupant les jambes,
– laisser le temps de la bascule et poser les deux pieds au sol.

Vers l’étoile dorsale ou ventrale
avec aide
Organisation :
Par deux.
Consignes pour étoile ventrale :
A tend ses mains sous l’eau, paumes vers le haut ; B pose les siennes dessus, immerge ses épaules, son visage puis s’allonge sur le ventre.

Consignes pour étoile dorsale:
A place ses mains contre les omoplates de B, B s’allonge sur le dos :
– il met les épaules dans l’eau,
– il bascule la tête en arrière pour mettre les oreilles dans l’eau,
– il laisse monter son bassin vers la surface.
Remarques : pour se relever il faudra
– ramener la tête vers les genoux en groupant les jambes,
– laisser le temps de la bascule et poser les deux pieds au sol.

Construire la position “TORPILLE” ventrale et dorsale Que se passe-t-il ? Organisation :
Les enfants sont face au mur, épaules dans l’eau, doigts posés dans la
goulotte, bras tendus, les pieds posés derrière eux le plus loin possible.
Consignes :
Au signal, baisser la tête en collant le menton sur la poitrine ; attendre longtemps (environ 10 secondes) : … QUE SE PASSE-T-IL ?
Au bout d’une dizaine de secondes dans cette nouvelle position, relever la
tête : … QUE SE PASSE-T-IL ?
(Il s’agit de faire sentir le rôle du placement de la tête pour permettre l’allongement horizontal).
Aménagement lorsque l’eau n’affleure pas le bord du bassin : par deux, A tend la paume de ses mains sous l’eau, et c’est sur ces appuis que
B pose les siennes pour faire l’exercice
Le remorqueur et la péniche Organisation : Par deux.
Consignes :
Le remorqueur promène la péniche qui est en position torpille en la
tirant par les mains (les mains restent sous l’eau pendant l’exercice).
Variante 1 : le remorqueur promène la péniche qui est en position
torpille en la poussant (et en la guidant) par les pieds.