Les propositions

La proposition indépendante ne dépend d’aucune autre proposition et aucune proposition ne dépend d’elle. Elle dispose d’une autonomie syntaxique c’est à dire qu’ellene dépend d’aucune autre proposition et inversement. Par exemple : La femme était assise, elle était seule. Elle pleurait à chaudes larmes.

Ces trois propositions sont indépendantes.En effet, les séparer par des ponctions fortes (. , ! , ?) n’entraîne aucun changement. Il est tout à fait possible d’écrire : La femme était assise. Elle était seule. Elle pleurait à chaudes larmes.

 

La proposition principale est la proposition qui régit la phrase complexe. Elle peut être reliée à une autre proposition par trois façons différentes : la juxtaposition, la coordination, la subordination. Par exemple : Il lui avait dit qu’il serait à l’heure. La proposition principale est : il lui avait dit.

 

La proposition subordonnée est dépendante d’une proposition principale, sans cette dernière, elle n’a pas de sens. Il peut être impossible de les séparer sans qu’il s’en suive un changement important dans le sens ou la structure de la phrase. Par exemple : Les enfants savent que c’est la fin des vacances.

La proposition subordonnée peut être relative, conjonctive, ou interrogative indirecte.

Astuce : pour trouver la ou les propositions subordonnées dans la phrase, il faut chercher les mots dits inducteurs comme les pronoms relatifs, les conjonctions de coordination, les conjonctions de subordinations ou les pronoms interrogatifs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *