La langue française est composée de mots simples et de mots complexes. Les mots simples sont formés à partir d’un seul morphème. Les mots complexes sont formées de plusieurs morphèmes soit des mots dérivés (préfixes, suffixes, ..) soit des mots composés (des éléments soudés ensemble avec un trait d’union ou pas.

1.La dérivation

Les mots dérivés sont des mots formés d’un radical ou d’une base qui donne au mot l’essentiel de sa signification auquel on a ajouté de affixes. Il y a deux catégories d’affixes:

  • les affixes dérivationnels à savoir les préfixes et les suffixes,
  • les affixes flexionnels qui marquent en genre, en nombre.. désignance verbale (terminaison)=> morphèmes grammaticaux. On parle de fléchir le mot.

La dérivation consiste à former un nouveau mot à partir d’un mot existant en utilisant le procédé de préfixation ou de suffixation. On parle de famille de mot ou de famille étymologique l’ensemble de tous les mots qui sont construits à partir d’un radical commun. Par exemple dans la famille de “sel”: saupoudrer, salé, salaison, salière, salpêtre, dessaler, salin..

Autre exemple mais de dérivations successives: exception/nel/le/ment. Radical: exception, +al => suffixe pour former l’adjectif, le=> le féminin, -ment=> l’adverbe.

Plus d’information sur les préfixes et les suffixes: http://cm1cm2.ceyreste.free.fr/paulbert/prefix.html

Attention au modification orthographique:

Quand le préfixe est terminé par une consonne et que le mot dérivé commence par une consonne alors cette consonne est doublée: (ad-)porter=> apporter ou (re-)sembler=>ressembler..

La plupart des adverbes qui emploient le suffixe -ment sont issues de l‘adjectif au féminin. long=> longue=> longuement. Mais les adjectifs qui terminent en -e, -é, -ai,-i ou -u restent au masculin devant -ment comme vrai=> vraiment. Enfin les adjectifs en -ent forme les adverbes en -emment comme constant=> constamment.

2. La composition

Un mot composé est une unité lexicale formée de la juxtaposition de 2 ou plusieurs éléments avec ou sans trait d’union. Par exemple: robe de chambre, hôtel de ville, chauve-souris, savoir-faire…

Il peut être composé de la soudure de 2 éléments comme par exemple: philosophe, omnivore, vinocole..

Il existe 3 critères pour le reconnaître:

  • on ne peut pas insérer entre les éléments un autre mot,
  • on ne peut pas remplacer 1 des éléments par un synonyme,
  • on peut substituer le groupe de mots pour un mot équivalent.

Attention à ne pas confondre mot composé et expansion du nom. Le mots composé à un sens unique.

Il existe 2 types de compositions: la composition populaire et la composition savante.

2.1. La composition savante

Il y a des mots composés de façon savantes (à partir du grec ou du latin). Leur particularité est qu’ils ne peuvent pas fonctionner seul dans une phrase comme omnivore, vore ne peut fonctionner seul ou anthropologue, algorithme…

2.2. La composition populaire

La composition est de base française, résistance autonome dans la langue, comme : malvenu, bienvenu, bienfaisant, chou-fleur. Les mots peuvent exister individuellement à l’état libre.

3. L’abréviation

L’abréviation se fait par différents biais:

  1. la troncation du mot: philo=> philosophie, métro=> métropolitain, ..
  2. la réduction du nombre de mots: la répétition générale=> la générale, le verre d’eau => le verre.
  3. la réduction à une ou plusieurs lettres: M. , Mme, Dr.. .

4. La siglaison

La siglaison consiste dans la réduction des mots à la succession des initiales. On considère que les sigles sont lexicalisés lorsque la locution qu’ils formaient au départ n’est plus connu des locuteurs comme; laser, radar, sida.. et quand les sigles sont connus de tous ainsi que le sens: ONU, ENA, TPAMP

On aborde le lexique de 3 manière différentes:

  • historique,
  • morphologique (formation des mots, réseau de sens),
  • sémantique,

1.Historique

Aux origines touts les mots du français ont une histoire, un petit nombre sont hérités du gaulois (bec, chêne, bruyère..) et certains mots sont de création récente (décodeur 1968, zapper 1986), des mots peu usités qui deviennent courants en raison de l’actualité (tsunami). Les mots naissent, changent de sens et meurent quand il ne sont plus utilisés.

Le lexique français s’est constitué et continue à partir de différentes langues que se soit par filiation directe ou par emprunt.

La langue française s’est stabilisée autour du 16ème-17ème siècle.

2. La filiation directe: le fond primitif

La majorité des mots que nous utilisons quotidiennement viennent par filiation directe du latin populaire (oral) parlé par les romains lors de la conquête. Ces mots sont des étymons ( oui! moi aussi j’ai appris un nouveau mot lors de ce cours). Par exemple: maître vient de magister.

La connaissance de l’étymon peut nous aider pour écrire/ orthographier les mots. Par exemple: doigt- étymon: digitum, hôpital – etymon : hospitalum (le s est devenu un accent circonflexe).

Exemple de mots issus du fond germanique: butin, brique, hache, guerre, balafre, maréchal, bleu, blanc, brun , gris.

3. Les emprunts

On a voulu ajouter des mots à notre lexique. Au 16ème siècle des mots latins importés.

  • hospitalem => hospitalité ( mot savant forgé au 16ème siècle),
  • fragilem => fragile (16ème siècle) ou frêle (étymon)
  • auscultare => ausculter ( mot savant 16ème siècle) ou écouter (étymon)

Il y a eu des doublets : un étymon qui a formé 2 noms commun comme captivum => chétif ou captif ( formation savante) ou liberare => livrer (étymon) ou libérer.

La forme qui est la plus proche au niveau phonétique de l’étymon est forcément un formation savante ou artificielle. cadencia => chance

D’autres emprunts ont été fait aux langues régionales. Comme par exemple:

  • varech, crique, hauban (normand)
  • bignou,bijou, goéland (breton)
  • abeille, brandade, amour (occitan)
  • kermesse, vidange ( flamand)
  • rescapé, crevette, calva (picard)
  • crétin (sud-ouest)

Ou empruntés aux langues étrangères. La première langue d’emprunt est l’arabe (café, bazar, abricot, les chiffres, l’algèbre.. ). Puis l’italien pour ce qui relève de la finance (compte bancaire) , de la musique et de la mode.

De l’espagnol: adjudants , castagnettes..

De l’allemand: bivouac, vampire, vasistas.. ou du russe: soviet, goulag.. et plus récemment de l’anglais.

Ces emprunts traduisent la position dominante d’une langue dans l’histoire. Ils sont aussi le signe d’une langue qui va tout le temps s’enrichir.

4. Les néologismes ou l’intégration de nouveaux termes

L’évolution des sciences, des techniques et du commerce amène de nouveaux mots. Parfois créer de manière un peu sauvage. Ils viennent de modes langagières – socio dialecte.

Par exemple des noms propres devenus des noms communs: frigidaire, sopalin, macadam, poubelle, sandwich, caddie, kleenex