4. Le langage chez l’enfant

1.Le développement du langage chez l’enfant

  • de 12 à 24 mois: l’enfant dit 5 mots. Il identifie, montre ou donne les objets. La phrase fait 2 mots.
  • de 2 à 3 ans: l’enfant fait des phrase de 3 mots. Il utilise son prénom quand il parle de lui, dit “je”, utilise l’article (la, une, ..) des pronoms personnels et comprend les prépositions ” dans, sur”. Cents mots sont reconnaissable. Il pose des question quoi, où, comment..
  • 3 à 4 ans: l’enfant parle par phrases complètes, articule clairement.
    Sans substitution de sens, il récite la suite des premiers chiffres.
  • 4 à 5 ans: l’enfant raconte des histoires connues, répond au téléphone, cite une émission TV, fait des phrases complexes, nomme les couleurs, dénombre et compte jusqu’à 5.

Dénombrer c’est faire preuve d’abstraction, c’est conceptualiser une quantité.

2.Les périodes essentielles

Il y a 2 périodes essentielles et repérables dans l’évolution du langage oral. La période pré-linguistique avant que l’enfant ne parle et la période linguistique proprement dite. Ces périodes dépendent de plusieurs facteurs et de leur développement.

  • 2.1 La maturation neurologique

L’évolution langagière entre 2 et 4 ans  est concomitante avec le développement du cerveau. Si l’enfant n’a pas appris une langue au delà de 5 ans .. c’est “fini”!

Cf: les expériences de Frédéric 2 de Prusse et l’affaire de l’enfant sauvage. 

Aussi le langage se développe et a besoin d’être stimuler. Cette aire du cerveau se développe jusqu’à 5-6 ans. 

2.2 L’apprentissage

Le langage in utero est fondamentale. Le bain de langage va conditionner les capacités d’expression selon le milieu socio-professionnel. 

La progression de l’apprentissage du lexique :

Dans un premier temps, l’enfant attribue une étiquette verbale à chaque objet ou à chaque événement de son environnement. Néanmoins, il peut se tromper de mot au début de l’acquisition.

Attention un mot ne peut être considérer comme acquis que s’il existe un ensemble de connaissances qui y sont associées. Aussi, l’enfants est prêt pour la lecture vers 6 ans car il a la connaissance du sens des mots  

2.3 L’entrainement de l’appareil phonatoire

A la naissance, l’enfant crie, pleure, émet des sons végétatifs. Il utilise le “conduit” mais n’utilise pas le larynx. 

2 mois: sons vocaliques, A, I, O.. les mêmes sons sont émis pour tous. 

4-5 mois: utilisation du larynx, respiration => modulation des sons 

6 mois: babillage, il émet des sons avec des voyelles, ces derniers renvoient à la langue dans laquelle baigne le bébé. C’est à ce moment que ce fait la différenciation du point de vu de la langue. Avant tous les bébés du monde émettent les mêmes sons. 

8 mois: l’enfant ajoute la modulation du son et le rythme. 

2.4 Les repères concernant le lexique 

Le nombre de mots compris par l’enfant est supérieur au nombre de mots utilisés par celui-ci. 

Le développement quantitatif  du lexique chez l’enfant, c’est à dire le nombre de mots employés par ce dernier est tel que: 

  • 18 mois à 2 ans: 50 mots,
  • 6 ans: 2 500 mots, à cette période il acquière 1 à 2 nouveau mots de vocabulaire par jour et ce pendant les 4 années suivantes. On comprendra le rôle crucial de l’enseignant dans le développement du lexique chez l’élève et ce en particulier dans les écoles en REP et REP+. 

Un adulte cultivé dispose de 20 000 à 40 000 mots de vocabulaire. 

3. Les aspects qualitatifs du lexique

L’affinement est beaucoup plus progressif. On observe des progrès dans les différents domaines à des âges variables:

  • l’enfant est capable de ne plus faire d’erreur dans la correspondance nom- objet (mouche pour abeille par exemple),
  • l’enfant prononce un mot long en entier comme trottinette,
  • il apprend les termes génériques c’est à dire les catégories,
  • il crée des mots pour compléter son lexique comme massager pour faire un massage.
  • il comprend qu’un mot peut avoir différente signification (tente/tante)
  • il comprend les mots abstraits ou les mots qui expriment des relations ( causalité ou rapport de langue)
  • les définitions demandent un plus grand développement cognitif car cela nécessite une prise de distance à l’égard du mot.

En conclusion, il est important que l’enfant apprenne du vocabulaire. Mais cet apprentissage doit être fait en situation, structuré et organisé afin de permettre à l’élève de se créer des registres .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *