3. La modalisation

La modalisation est l’emploi de verbes modaux (pouvoir, devoir, vouloir, etc.), d’adverbes (certainement, peut-être, probablement, vraiment (adverbes modalisateurs), sans doute, bien sûr (locutions adverbiales, etc.), de temps (futur, conditionnel, etc.), d’adjectifs (évaluatifs / affectifs), de noms par lesquels un locuteur manifeste, entre autres, le degré d’adhésion à son énoncé.

En effet , les énoncés adressés au destinataire peuvent être réalisé par un locuteur objectif ou subjectif.

La modalisation permet ainsi d’introduire une part de subjectivité dans l’énonce. Par exemple: je suis sûre qu’elle arrivera en retard.

L’expression de la modalisation

Les marques de ponctuation à l’écrit et la typographie (gras , souligné..). Il existe quatre types de phrase (toute phrase appartient au moins à l’une de ces modalités) : la phrase déclarative (ou assertive), la phrase exclamative, la phrase interrogative et la phrase impérative (ou injonctive).

A l’oral, la modalisation se traduit par l’intonation employée. Par exemple: Toi! Ici!

Les temps utilisés pour exprimer la modalisation sont certains temps de l’indicatif et en particulier le conditionnel, le futur et le futur antérieur.

Par exemple: il semblerait qu’il a été retenu.

Enfin, la modalisation s’exprime par le vocabulaire choisi (mélioratif ou péjoratif) et les groupes de mots( à mon avis, selon moi,..) ou/et des figures de style( périphrase, antiphrase, métaphore..).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *